Fenêtres : Les performances énergétiques

Choisir la fenêtre la mieux adaptée à sa maison, en fonction de la zone climatique où elle se situe et de son orientation, n’est pas aisé pour un non-initié. Souvent techniques, les catalogues des fabricants emploient un vocabulaire trop compliqué.

Pour aider le consommateur à s’y retrouver, mais aussi pour anticiper l’obligation d’étiquetage des produits liés à la consommation d’énergie, deux organisations professionnelles, l’Union des fabricants de menuiseries extérieures et la Chambre syndicale des fabricants de verre plat, ont lancé en 2014 l’étiquette Énergie Menuiserie.

Cet étiquetage concerne les menuiseries destinées à la rénovation des logements résidentiels. Elle s’applique aux fenêtres (verticales ou de toit) et aux portes d’entrée, quel que soit le matériau (aluminium, bois, PVC ou mixte). Elle permet au consommateur de comparer objectivement des menuiseries et de choisir la fenêtre ou la porte répondant à ses besoins en termes de performances énergétiques et de confort d’été, en fonction de la zone climatique de la région où il habite.

Les performances énergétiques sont affichées sur une échelle allant de A (meilleure note) à G, respectivement de vert à rouge. Le confort d’été est également classé de A (bleu foncé) à G (bleu très clair). Cette information est particulièrement importante pour les fenêtres de toit afin d’éviter les surchauffes dans les combles.

L’étiquette donne également les mesures officielles, comme le coefficient de transmission thermique des fenêtres (Uw) et celui des portes (Ud), le facteur solaire (Sw) et celui de transmission lumineuse (Tlw). Il s’agit d’une démarche volontaire de la part des fabricants.